Courir matin, midi et soir

by Cyrille on 22/02/2012

En décidant de devenir travailleur autonome, je me suis donné la chance de pouvoir organiser mon horaire en fonction de mes priorités. Évidemment ce n’est pas une réussite tous les jours, certaines priorités prennent le bord plus souvent qu’à leur tour. L’entraînement est un bon exemple.

À travers toutes nos obligations, comment trouver cette petite heure qui nous manque chaque jour pour faire ce qui compte vraiment : la sortie running qui nous fera du bien ?

Avantages et inconvénients des différentes options :

Courir avant d’embarquer dans sa journée de travail

Un ami me disait récemment : “À 8h00, j’ai fait le plus dur, c’est fait pour la journée, je n’ai plus à y penser”. Effectivement, cela laisse la journée libre. Courir le matin libère de la préoccupation que pose l’entraînement, et nous donne une « bonne conscience » pour toute la journée! On aime ça.

Tôt le matin, on peut aussi courir à jeun une fois par semaine et ainsi atteindre plus rapidement son “poids course à pied”. À jeun, le prélèvement de l’énergie se fait dans les réserves de graisse.

Le problème majeur : se lever tôt, voire très tôt !! Dur dur.
Peut-être qu’une ou deux fois par semaine, ou bien encore une semaine sur deux, une petite course matinale, au calme, est une bonne option.

Courir sur l’heure du lunch

C’est ma sortie préférée. En prenant une collation vers 10h30-10h45 (glucide, mon amour !), je suis prêt pour une belle sortie vers 11h45. Retour au bureau-maison programmé à 13h00. À ce moment là de la journée (si l’organisme est correctement alimenté) on a des sensations de légèreté et on peut attaquer des séances de qualité.

J’ai aussi remarqué que cette séance de midi aide à la concentration toute la matinée. L’objectif est de chausser ses runnings l’esprit libre… donc la matinée au bureau, ça clenche! On règle les problèmes, on trouve des solutions !!
Évidemment, le midi, pas question de sorties longues, ça limite le type de sorties. Et puis on peut très facilement laisser filer le temps (un dernier appel à faire, un texte à terminer…) et on se retrouve vite à 12h45, trop tard pour sortir. On se sent mal pour le reste de la journée, coupable.

Un truc d’expérience pour ne pas manquer ces sorties du midi : dès le matin s’habiller en course à pied : chaussette, leg-in, t-shirt…. Je porte même ma tuque, je me sens déjà dans ma séance ! :) À éviter dans les bureaux de plus de 3 personnes!!

Courir le soir

Le début de soirée est une période où l’activation nerveuse est optimale. C’est un moment propice pour l’entraînement. Toutes les séances sont bonnes à prendre ! En soirée, on peut faire des footings de récupération, de l’endurance, de la résistance, de la VMA.

Quand je pouvais courir le soir, j’aimais bien ce moment de liberté où l’on peut en se retrouver avec soi-même et évacuer le stress de la journée.

Le soir il m’arrivait même de prendre un bain-prolongé, relax … alors que le midi même la douche est une course contre la montre… je pars le chrono!

Vous avez aimez ? Ne manquez pas le prochain article …

Laissez votre adresse pour le recevoir directement par courriel. Vous pouvez vous désabonner en un seul clic.


 

  • Mimi

    Définitivement le matin pour moi. L’hiver vers 9h ou 10h, l’été vers 8h-8h30. Je suis travailleur autonome aussi et quel bonheur de pouvoir planifier nos journées autant que faire ce peut. Les moins bons moments pour moi, les aprem…  Quand mes journées sont hyper occupées avec des rencontres clients, j’aime bien courir vers 18h, je grignote un petit quelque chose 1 heure avant et hop dans mes souliers et enfin à moi la liberté ! Merci pour tes bons articles !

    • Merci pour ce commentaire et pour le compliment :) C’est toujours bon à entendre. Je te lis et je me dis qu’on doit être pas mal nombreux tous les jours sur la route, que ce soir le matin, le midi ou le soir. Une communauté plus ou moins virtuelle, mais qui fait du millage. Bon entraînement ! Quelle est ta prochaine course ?

      • Mimi

         Ouais, je croise beaucoup de coureurs dans ma ville, un peu moins l’hiver et moins encore en semaine mais tout de même, ils sont là à l’occasion, surtout quand il fait beau et surtout les w/e. Je ne participe pas à des courses organisées pour le moment mais ça ne saurait tarder. J’ai beaucoup de questionnements sur me joindre ou non à un club de course. Peut-être que ça me ferait sortir des sentiers battus et que j’aurais envie de faire des trucs plus organisés, avec l’équipe. Je suis plutôt dans ma bulle quand je cours. Ça fait du bien à mon corps et surtout à ma tête. Mais j’ai aussi besoin de me challenger davantage et une course organisée ferait bien l’affaire ! Sinon, ma prochaine course…non organisée…elle sera demain matin, avant la tempête…

        • Le club c’est sympa. J’habite à la campagne, donc ce n’est pas évident, mais courir avec un groupe est vraiment stimulant… il y a quelques sorties que je n’aurais pas faites s’il n’y avait pas eu le groupe. Moi aussi j’étais réticent à l’idée de courir avec quelqu’un ou quelques uns, mais détrompe toi : on a toujours quelque chose à dire et même quand on ne dit rien, on partage quelque chose. on se comprends. En tout cas c’est mon expérience. J’imagine aussi qu’en club la progression est plus rapide et mieux organisée… Pas question de manquer une séance d’intervalles en club, alors que moi, tout seul sur mon chemin, je fais bien ce que je veux…. hahahah! ;)

  • Mijo

    Hé hé, j’aime bien le passage sur « Courir sur l’heure du lunch » avec notamment le bonnet déjà sur les oreilles !!

    • Merci Mijo. Bienvenue au club de ceux qui sont toujours prêts à s’élancer :)

Previous post:

Next post: