Le développement des habiletés mentales

by Cyrille on 09/03/2012

J’ai essayé le triathlon l’année dernière. «Pour voir» comme on dit. J’ai vraiment adoré l’expérience. J’ai découvert deux nouveaux sports, ça a brisé la monotonie des entraînements et quelques petites douleurs ici et là ont miraculeusement disparu avec la pratique de l’entraînement croisé. J’y retournerai cette année, c’est certain ! On s’en reparlera aux beaux jours!

Sur le site Objectif226, dédié au triathlon, je suis tombé sur un titre intriguant : »Développer ses habiletés mentales« . On adhère ou on n’adhère pas à l’idée de « coaching mental » (pour moi ce serait plutôt pas), mais l’article soulève quelques idées intéressantes qu’un athlète (nouveau ou accompli) devrait certainement se poser.

En effet, on entraîne notre corps avec des tas d’exercices spécifiques pour la foulée, le cardio, la respiration, la souplesse, etc… mais qui pilote tout ça ? Entraîne-t’on assez nos capacités mentales pour atteindre nos objectifs ?

Extrait : « Ainsi, en dépit du fait que les athlètes reconnaissent que 50% à 90% de leur performance sportive est intimement liée à leur condition mentale, les habiletés mentales restent méconnues. Ces dernières n’obtiennent pas l’importance méritée et ne sont pas considérées dans la planification des entraînements. […] Or, le développement de vos habiletés mentales vous amène à progresser. »

Quelques habilités mentales à développer chez les athlètes :
* aptitudes dans l’élaboration des buts et objectifs
* habiletés de concentration / le «focus»
* capacités d’activation / gestion du stress

Tous ces points sont développés sur http://objectif226.ca

Bonne préparation mentale! :)

Vous avez aimez ? Ne manquez pas le prochain article …

Laissez votre adresse pour le recevoir directement par courriel. Vous pouvez vous désabonner en un seul clic.


 

  • Eric

    C’est très court Cyrille, mais pertinent!  Ce point mérite d’être souligner et re-souligner! 

    Il ne faut surtout pas résumer le développement de ses habilités mentales à de la simple pensée positive ou de la visualisation!  Ces points peuvent être intéressant, mais le plus important, comme tu le soulignes, est de savoir « qui pilote tout ça ? »

    Tout passe par notre cerveau! C’est lui qui nous fait ressentir la fatigue, détermine nos limites, etc. Bien entendu le cerveau détermine nos limites de par nos sensations et capacités physiques, mais qui peut nous dire si notre cerveau a décidé qu’à 30% de réserve dans nos muscles (le chiffre est arbitraire), il est temps de ralentir?  Je crois (je suis persuadé) qu’il faut souvent aller voir ses limites, si on veut les connaître et permettre à notre cerveau de les repousser de manière « confortable ».  La bonne communication cerveau/corps, l’harmonie des deux dimensions est l’objectif suprême! 

    En 2011 j’ai pu retranché 1:30 au kilomètre en repoussant à chaque semaine mes vitesses de 5 sec / km.  Je choisissais une course par semaine pour faire un PB, en plus de mes 2 sorties avec des intervalles ou je me défonçais.  Chaque fois que je franchissais une barrière (un 7 km en 30 min, un 5k sous les 20, etc), j’en trouvais une nouvelle pour mieux me pousser!  Premier janvier, 12km en 1h06, en août, 12km en 48 min! 

    Il est bien documenter que l’entrainement avec des objectifs de temps précis est une grande source de motivation et de progression. 

    Bien entendu, il faut faire cette progression de manière graduel et avec un plan.

    Mais il ne faut surtout pas se mettre de limites artificielles qui existent d’abord dans notre tête!  Aussi, notre tête, comme tout le corps, peut s’entrainer, s’améliorer, se raffiner pour ultimement mieux performer!!!

    Bonnes courses à tous!

    • Merci pour ce commentaire qui permet de prolonger la réflexion sur le sujet ! C’est très intéressant. J’avais laissé un mot il y a quelque temps sur le très sympathique blog de Patricia (http://mieuxvautcourir.blogspot.com/) à l’effet que j’avais remarqué que le mental progresse aussi avec l’entraînement physique. Sortir quelque soit la température, s’entraîner en intervalles, se les imposer en côtes, etc. tout ça construit peu à peu ce fameux mental dont on a besoin par la suite pour progresser. Ton exemple d’entraînement (aussi spartiate soit-il! My god!) le confirme à nouveau. Si le sujet t’intéresse, tu peux suivre le lien : http://www.cmpcoaching.ca
      et notamment http://www.cmpcoaching.ca/chroniques-de-performance/7-coaching-mental-et-de-performance
      À bientôt.

  • Mimi

    (deuxième…pas à peu près aujourd’hui…)

    Pour moi, c’est plutôt oui pour le coaching mental. Je dis souvent « mind over body » et je suis persuadée que notre petite voix intérieure nous limite à l’occasion. Alors pourquoi pas entrainer notre esprit autant que notre corps, ça ne fait pas mal et si ça aide à se dépasser (on jase là, mais comme par exemple pour faire un meilleur temps pour un marathon admettons ;) ça vaut peut-être la peine de l’essayer !

    • Ouen… quand tu écris : « comme par exemple pour faire un meilleur temps pour un marathon admettons ;) » Je ne vois pas du tout ce que tu veux dire… :) Va falloir que je fasse attention à ce que je mets en ligne. Quelqu’une me check!! Merci pour les tendres encouragements !

      • Mimi

        Qui ça quelqu’une ? je vois pas…

        Ah Cyrille, je suis toujours là pour t’encourager à te dépasser !

  • thepinkrunner

    Là j’avoue que j’ai du boulot à faire!

    • Lâche pas champion! C’est juste dans la tête. :)

Previous post:

Next post: