Le point de côté du coureur à pied

by Cyrille on 17/10/2012

Le point de côté, ça vous dit quelque chose ?
Dans mon cas, c’est à chaque fois que je me lance dans une descente. On dirait qu’il y a quelque chose que mon corps n’encaisse pas dans la descente. Parce que je vais plus vite ? Parce qu’il y a plus d’impacts ? Parce que le rythme de ma respiration change ?

Je ne sais pas, mais à force de subir ce point de côté en descente, j’ai développé un « réflexe conditionné » qui m’aide à l’éviter.
Descente= point de côté = watch out !
Dès qu’une descente se pointe je me concentre le plus possible sur ma respiration, j’exagère son amplitude, je force mon expiration. Parfois je me pince aussi la peau du ventre, juste en dessous des côtes et je tire dessus quand j’expire… Si ça ne passe pas comme ça, je ralentis jusqu’à m’en débarrasser… Est-ce la bonne méthode ?  Je ne sais pas.

On a tous un corps différent, il existe sans doute autant de points de côté qu’il y a de coureurs ! Apparemment, les causes et les solutions au problème ne sont pas très bien identifiées.

Un article dans Course-a-pied.info fait le point (!!) sur la question. Super intéressant !

Origines du point de côté

« Le point de côté est un mystère ! Car personne à ce jour et malgré les progrès de la recherche, ne sait à quoi il est dû d’une façon scientifique. Plusieurs hypothèses sont émises quant à l’origine de cette douleur désagréable qui survient pendant l’effort physique » :

  1. La première est musculaire (d’une mauvaise oxygénation de trois muscles qui se rejoignent à la base des côtes : le diaphragme, les intercostaux et les abdominaux).
  2. La seconde hypothèse est vasculaire. (d’une mauvaise adaptation du cœur à l’effort)
  3. La troisième est une irritation de la plèvre causée par une respiration mal synchronisée.

Sans pouvoir expliquer facilement les causes des points de côté, on observe quand même plusieurs facteurs qui favorisent leurs apparitions… et là, ça nous concerne tous, on se reconnaît forcément dans l’un ou l’autre de ces facteurs !…

  • Le manque d’entraînement
  • Une faiblesse abdominale
  • Un départ trop rapide
  • La nervosité
  • Une ingestion d’aliments ou de liquide trop proche du début de l’activité
  • Ne pas courir au rythme qui conviendrait
  • Mauvais échauffement
  • Le stress
  • Mauvaise ventilation (il faut 2 temps d’inspirations et 3 d’expirations ou 1 et 2 )

Nous sommes donc tous des prétendants au point de côté !
Rassurés ? ;)

Alors quoi faire ?
L’article donne quelques pistes : allonger le temps entre la digestion et la course, s’échauffer progressivement, boire régulièrement (par petites gorgées), surveiller sa respiration, éviter les activités violentes (tiens, mes descentes !!) et … s’entrainer régulièrement à son rythme !

S’entrainer régulièrement !… Moi ça me va.
C’est certainement le meilleur remède ! :)

L’article au complet avec tous les détails et d’autres conseils.
http://course-a-pied.info/le-point-de-cote/

Autres liens sur le sujet :
http://www.jogging-international.net
http://www.u-run.fr
http://www.e-sante.fr

Belle journée pour courir au Québec, non ?!
En tout cas par chez moi c’est fantastique !
Allez hop, let’s go! ;)

Cet article paraît également sur le site kmvert.com

Vous avez aimé ? Ne manquez pas le prochain …

Laissez votre adresse pour le recevoir directement par courriel. Vous pouvez vous désabonner en un seul clic.

  • Johann

    Pour ma part, je ne me focalise justement pas sur ma respiration et laisse faire mon corps comme il veut.
    D’ailleurs des fois je respire comme un boeuf :D
    Et avec cette technique c’est extrêment rare que j’ai un point.
    Je sais que plus j’essaie de la contrôler plus je sent venir un point.
    Bonne soirée :o)

    • Intéressant… Le corps s’adapte sans doute. Chanceux ! Est ce que ça fonctionne aussi quand tu cours plus vite ? Je veux dire, n’as tu pas besoin de « contrôler » ta respiration quand même un peu ? lui donner un rythme ?

      • Johann

        Non, je laisse réellement mon corps gérer la respiration que cela soit à vitesse courte ou rapide. Je peux aussi bien faire du 1-2 ou du 1-1 ou du 2-2…Mais pour être honnete, je ne peux pas te dire exactement mon tempo de respiration pendant une course vu que je n’y prete presque pas garde. Il faut dire que j’ai assez à penser pendant que je cours à mes problème de pieds, mollets et tendons d’Achilles :D

        • Oui, ça ce n’est pas drôle non plus… pieds, mollets, tendons. Au moins, si le souffle est là, c’est déjà un bon point ! Bonne poursuite d’entrainement ! J’essaierai de penser à ne pas penser à ma respiration à ma prochaine sortie :) !!

  • Daniel

    Pour ma part, cela semble d’une clarté limpide, plus jeune j’étais un meilleur coureur (au niveau forme physique; 6’4 », 165 lbs) mais un nono (je partais toujours dans le fond)… maintenant, je suis un coureur médiocre (remplacer le 1 par un deux) mais mon QI (de course) semble avoir grandement augmenté… D’ailleurs, je ne vis plus jamais ce désagrément qu’est le point de côté.

    Dans un autre ordre d’idées, je conseille à tous la lecture du livre ‘Entrainement Cardio’ de Guy Thibault aux éditions GéopleinAir. L’auteur est un scientifique qui a conseillé plusieurs athlètes de haut niveau (dont Clara Hughes). Il ne jure que par les intervalles. C’est une lecture que j’ai adoré… un peu technique peut-être mais combien pertinent. Je suis moi-même scientifique dans un autre domaine et honnêtement la logique de son argumentation est assez convaincante.

    • Très drôle Daniel ! :) Mais c’est vrai que le course à pied c’est aussi en parti dans la tête ! Merci pour la référence du livre de Guy Thibault. Je vais essayer de le trouver. Ça à l’air très intéressant ! … Ha1 et puis : si tu cours régulièrement, le 2 devrait redevenir un 1 sous peu !! Bonne chance! :)

  • Jcmannari

    Le remède souverain ? Arrêter de courir.

    • Effectivement ! C’est un peu radical, mais c’est efficace :) 

  • Michele

    Quel timing parfait pour ce post! J’ai justement fini ma course d’hier avec un point très fort au côté, alors que cela m’arrive rarement maintenant. Je venais d’enlever mon chandail tout en continuant à courir (tête de cochon, tsé…), ce qui m’a probablement fait courir tout croche pendant 1 minute. Ce fut suffisant! Dommage, j’étais à 5.5K d’un 7K qui avait super bien été jusque là.

    Une petite question… Est-ce que ça arrive toujours du côté droit? C’est de ce côté pour moi, je me demandais si c’était toujours pareil.

    • Moi aussi, côté droit !! et je me posais la même question…  Ça doit dépendre de la cause de notre point de côté. Musculaire ou vasculaire ou etc… ?? J’espère que tu l’as quand même terminé ton 7k! ;)

      • les feux mollets

        À droite, toujours à droite pour moi aussi. Et TOUJOURS sur marathon, toujours à 10-12km de la fin, soit après environ 2h25 d’effort. Bon, « toujours », ça veut dire 2 fois. Mais 2 fois sur 3 marathons, ça fait râler. Pourtant, j’avais revu la vitesse et l’alimentation, espérant y échapper. Raté.
        À mon premier je ne l’avais pas eu. La chance du débutant?
        À droite, on dit que c’est le foie. Quelque chose en lien avec le changement de filière énergétique?
        En tout cas, j’aimerais comprendre avant de me relancer sur un marathon. En tout cas, c’est pas demain la veille, ça fait bien trop mal ce maudit point. (Oui, oui, des semaines d’entraînement scrappées par un point, suis fâchée, là. Et pis, toi, tu ne me donnes pas de réponses convaincantes? Suis fâchée contre toi aussi, tiens. ;))

        • Bonne chance dans tes recherches. Si jamais tu trouves l’explication à ce point de côté après 2 h 25 d’effort, tiens-nous au parfum… En attendant, les demi-marathons c’est sympa aussi ! Moi j’y prends de plus en plus de plaisir… On finit tellement moins amoché et on récupère tellement plus vite !! Au plaisir :)

  • Businessmarathon

    bonjour, j’ai expérimenté beaucoup de « point de côté » qui surviennent toujours  a des moments inatendus. en parlant avec mon massotherapeute, il me dit que l’origine est musculaire. Il y a une tension qui se crée au niveau des muscles ce qui empeche la bonne oxygénation des visceres (estomac, foie, reins, etc…). ses muscles étant profonds, il est difficile de les atteindre et les masser facilement, mais la méthode rapide qui marche est d’appuyer fortement quelques secondes sur le point de côte et de répêter jusqu’au soulagement. l’action permet de détendre le muscle, profondement. sinon si cela apparait souvent, le mieux est encore le massage profond du ventre (des visceres), ca parait degueu comme ca, ca fait pas du bien au début mais ca marche sur le long terme ! bon courage !

    • Tout ça a bien du bon sens, comme on dit. Reste à trouver le bon endroit où masser et à supporter le « traitement ». Ouch! ;)  J’essaierai d’appuyer sur l’endroit qui fait mal au prochain point de côté. Tous les trucs sont bons à essayer! Merci pour le conseil. Et puis en passant, qu’est ce que c’est Businessmarathon ??

      • Alfred LE Chimiste

        Bah pour masser tout ça : travail des abdos (grands droits et obliques)….et ce « massage » est bon aussi pour les autres organes, notamment le foie.

  • Cyndie

    Je n’ai heureusement jamais expérimenté ce genre de désagrément. Je trouve l’article (comme tous les autres d’ailleurs) très intéressant. Je vais le publier sur kmvert.com car ça rejoint beaucoup de monde on dirait. Merci Cyrille!

    • Chanceuse ! Tu as décidément tout pour réussir des records toi ;) EN tout cas c’est bien parti. SUper pour Kmvert.com, merci ! Je met un petit lien sur le post. À bientôt Cyndie.

  • Alfred LE Chimiste

    Moi les points de coté, je les ai quand je m’oblige a garder une allure trop rapide.

Previous post:

Next post: